Renew Europe
Renew Europe avertit que la COVID19 compromet la lutte contre la traite des êtres humains
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
10.02.2021

Renew Europe avertit que la COVID19 compromet la lutte contre la traite des êtres humains

Les députés européens de Renew Europe ont lancé aujourd'hui un appel à la vigilance en indiquant que la pandémie de COVID19 touche de manière disproportionnée les victimes les plus vulnérables de la traite des êtres humains, en particulier les femmes, les enfants et les personnes en situation précaire, obligeant de nombreux foyers à fermer ou à suspendre leurs services en raison des infections signalées. C'est l'une des principales conclusions d'un rapport adopté par le Parlement européen sur la mise en œuvre de la législation européenne contre la traite des êtres humains.

Le rapport fait écho à l'avertissement d'Europol selon lequel l'impact de la pandémie de COVID-19 pourrait augmenter davantage le nombre de victimes et diminuer la probabilité que les trafiquants soient détectés par les forces de l'ordre. Les députés demandent à la Commission européenne de procéder à une analyse plus approfondie des effets de la pandémie de COVID-19 sur les victimes potentielles, afin de créer des mesures spécifiques pour lutter contre ce fléau. Ils appellent les États membres de l'UE à garantir une assistance et une représentation juridiques accessibles et gratuites, des services d'emploi, un soutien psychologique et médical aux victimes de la traite, en particulier dans les situations de crise et d'urgence telles que la pandémie de COVID-19. Dans les prochains mois, la Commission publiera sa nouvelle stratégie sur la traite des êtres humains. Renew Europe attend d'elle qu'elle présente des propositions audacieuses et ambitieuses.

María Soraya Rodriguez Ramos, députée européenne, rapporteure de la commission de l'égalité des genres et des droits de la femme, déclare :

"La traite des êtres humains viole la vie, l'intégrité physique et mentale, la liberté et la dignité sexuelles. Elle repose sur l'abus de la vulnérabilité des victimes, qui sont pour la plupart des femmes et des jeunes filles, exploitées sexuellement en Europe. Aujourd'hui, avec ce rapport de mise en œuvre, nous demandons une approche holistique, fondée sur les droits de l'homme, de la lutte et de la prévention de la traite, et nous invitons la Commission à réviser la directive afin que les États membres criminalisent explicitement l'utilisation en connaissance de cause des services fournis par les victimes".

Hilde Vautmans, députée européenne, rapporteure fictive du rapport au sein de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, ajoute :

"Trop de criminels gagnent de l'argent en exploitant les femmes et les enfants à l'intérieur de nos frontières. Il faut que cela cesse. Nous devons de toute urgence faire baisser le nombre ahurissant de victimes de la traite des êtres humains. Ce rapport est un signal d'alarme pour la Commission européenne et les États membres afin d'intensifier notre action et de garantir une meilleure mise en œuvre de la directive".

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Caroline Rhawi

Mob : +46 (0)73 912 70 77
Mots-clés :
  • FEMM :: Droits de la femme et égalité des genres,
  • LIBE:: Libertés civiles, Justice et Affaires intérieures,
  • Press Release,
  • Week News