Renew Europe
GDPR deux ans plus tard : Afin de garantir la protection des données des citoyens de l'UE, les autorités chargées de la protection des données doivent être équipées pour faire leur travail
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
24.06.2020

GDPR deux ans plus tard : Afin de garantir la protection des données des citoyens de l'UE, les autorités chargées de la protection des données doivent être équipées pour faire leur travail

En réaction au premier examen de l'application du règlement général sur la protection des données de l'UE publié aujourd'hui par la Commission européenne, les députés européens de Renew Europe ont critiqué l'application inadéquate de ce règlement dans l'ensemble de l'Union. Le règlement, qui est entré en vigueur en 2018, a créé une protection des données de premier ordre pour les Européens et a rapidement établi la norme mondiale, mais le manque de ressources financières et humaines allouées aux autorités nationales de protection des données (APD) l'empêche d'atteindre les effets escomptés. Deux ans plus tard, nous demandons à la Commission et aux États membres d'intensifier leurs efforts et de garanatir l'alignement des mesures nationales d'application de la protection des données dans l'ensemble de l'UE. D'ici la fin de l'année au plus tard, toutes les autorités nationales de protection des données doivent être pleinement opérationnelles et disposer des moyens nécessaires pour accomplir leurs tâches et appliquer le règlement. Le GDPR est peut-être la pierre angulaire de la protection des données de nos citoyens, mais ce n'est qu'un des outils que l'Europe doit améliorer de toute urgence. La lenteur de la mise en œuvre de la directive relative à la protection des données soulève de sérieuses questions, alors qu'un accord sur la vie privée en ligne se fait attendre pour compléter le GDPR.

Sophie in 't Veld, l'eurodéputée, coordinatrice de Renew Europe au sein de la commission LIBE, a déclaré:

"Le budget total de l'ensemble des autorités de protection des données de l'UE s'élève à 325 millions d'euros. C'est l'équivalent des revenus de Facebook en Europe en un peu plus d'une semaine. Seules quatre autorités de protection des données dans l'UE disposent de plus de dix spécialistes techniques. Les autorités de protection de la vie privée de petits pays comme l'Irlande et le Luxembourg, qui manquent de moyens financiers, doivent surveiller les géants technologiques américains au nom de l'ensemble de l'UE. Je suis très préoccupée par cette bataille inégale. La Commission européenne doit décider d'urgence si elle accorde la plus grande importance à la protection des citoyens de l'UE, en prenant des mesures contre les gouvernements qui refusent systématiquement de fournir des ressources suffisantes aux autorités chargées de la protection des données".

Moritz Körner, député européen, membre de la commission LIBE, a commenté :

"Le GDPR n'a jusqu'à présent pas atteint ses objectifs. Les autorités nationales chargées de la protection des données représentent le principal obstacle à une application efficace de la législation. La critique de la Commission européenne concernant le financement insuffisant des autorités nationales de protection des données est donc correcte. Les tactiques d'inaction systématique ou de retard de certaines autorités de protection des données doivent être corrigées dès que possible par des procédures d'infraction".

 

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Sándor Blasko

Tel : +32 2 283 00 89
Mob : +32 483 04 97 89
Mots-clés :
  • Gender Equality,
  • LIBE:: Libertés civiles, Justice et Affaires intérieures,
  • Press Release,
  • Week News