Renew Europe
Renew Europe se félicite de l'accord de sur la facilitation de la délivrance des visas et de réadmission entre l'UE et la Biélorussie
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
13.05.2020

Renew Europe se félicite de l'accord de sur la facilitation de la délivrance des visas et de réadmission entre l'UE et la Biélorussie

Ce soir, les membres du Parlement européen ont voté en faveur de l'achèvement des accords de facilitation de délivrance des visas et de réadmission entre l'Union européenne et la République de Biélorussie. Renew Europe y voit une évolution positive des relations UE-Biélorussie, qui bénéficiera directement à la population biélorusse. Dorénavant, les citoyens biélorusses bénéficieront d'un régime de mobilité simplifié et d'un environnement de circulation bien géré et sûr. Ces changements amélioreront également les contacts interpersonnels entre l'UE et les citoyens biélorusse.

Ondřej Kovařík, député européen, rapporteur du dossier, s'est félicité du vote d'aujourd'hui :

"La situation en Biélorussie est préoccupante et l'UE doit adopter une position ferme contre les violations des droits de l'homme par les autorités de l'État. En même temps, nous ne pouvons pas laisser tomber le peuple biélorusse, surtout en cette période difficile. C'est pourquoi je me félicite que le Parlement européen ait approuvé l'accord entre l'Union européenne et la Biélorussie sur la facilitation des procédures de visa. C'est un signe clair que nous voulons promouvoir davantage de coopération entre nous, soutenir les contacts entre les peuples et aider la société civile à s'épanouir.

Venant d'un ancien pays communiste, je sais d’expérience combien il était important que les citoyens de l'ancien bloc de l'Est puissent voyager et garder des contacts à l'étranger. Je suis convaincu que le fait de permettre aux Biélorusses de se rendre facilement dans l'UE donne à la Biélorussie la possibilité de poursuivre la mise en œuvre des réformes nécessaires dans le domaine de la liberté, de la sécurité et de la justice".

Petras Auštrevičius, député européen, rapporteur permanent du Parlement européen sur la Biélorussie, a commenté :

"Les deux accords ont été soutenus en ayant à l'esprit les besoins du peuple biélorusse, mais ils ne doivent pas être interprétés comme une percée dans les relations entre l'UE et la Biélorussie. Des efforts significatifs apportant des résultats tangibles doivent être fournis par les autorités biélorusses pour respecter les libertés fondamentales universelles, l'État de droit et les droits de l'homme. Les processus électoraux et le système politique de la Biélorussie ne respectent pas les normes européennes et internationales et ne garantissent pas et ne protègent pas les libertés fondamentales universelles. Les élections parlementaires de 2019 ont été marquées par d'importants manquements à la procédure, notamment des mesures restrictives à l'égard des partis et des candidats de l'opposition, et n'ont montré aucune amélioration de la démocratie.

Des mesures restrictives similaires sont utilisées dans la perspective de l'élection présidentielle prévue pour le 9 août 2020. Ces derniers jours, de nombreux militants des droits de l'homme et des journalistes, dont notamment Uladzimir Vialichkin et Aliaksandr Burakou, ainsi qu'un candidat possible pour l'élection présidentielle, le blogueur Syarhei Tsikhanouski, ont été arrêtés. Des enquêtes criminelles ont été ouvertes contre la défenseuse des droits de l'homme et activiste environnementale Alena Masliukova et le journaliste Andrei Miadzvedzeu, entre autres. L'environnement dans lequel se déroule la préparation des prochaines élections ne répond pas aux exigences d'une élection libre et équitable.

De nombreuses arrestations et restrictions ont eu lieu en raison des tentatives du président Loukachenko de nier et de cacher l'effet de COVID-19 sur la Biélorussie. Les autorités biélorusses n'ont pas pris de mesures actives pour aplatir la courbe et ont laissé la population lutter seule contre le coronavirus. Des événements de masse tels que le "subbotnik" (journée nationale du travail social non rémunéré) et le défilé militaire du 9 mai à Minsk, ont été organisés malgré les protestations locales et internationales. 

De plus, malgré l'épidémie de coronavirus sur le site de construction de la centrale nucléaire biélorusse d'Astravyets, dans la région de Grodno, la construction se poursuit, le combustible nucléaire du premier réacteur ayant été livré la semaine dernière. La centrale nucléaire biélorusse ne répond pas aux normes internationales de sûreté nucléaire et, du fait de sa proximité avec la frontière extérieure de l'UE, constitue une menace sérieuse pour la sécurité et la santé des citoyens européens".

 

 

 

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Sándor Blasko

Tel : +32 2 283 00 89
Mob : +32 483 04 97 89
Mots-clés :
  • LIBE:: Libertés civiles, Justice et Affaires intérieures,
  • Press Release,
  • Week News