Renew Europe
Prise de pouvoir de Viktor Orban : la Commission européenne et le Conseil doivent agir
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
31.03.2020

Prise de pouvoir de Viktor Orban : la Commission européenne et le Conseil doivent agir

Hier, le parti hongrois au pouvoir, le Fidesz, a utilisé sa majorité des 2/3 au Parlement pour forcer l’adoption d’une loi visant à prolonger l'état d'urgence sans limites et à conférer des pouvoirs sans précédent au gouvernement de Viktor Orban. Le détournement de pouvoirs extraordinaires, sous prétexte de lutter contre la pandémie de COVID-19, représente une provocation supplémentaire de Vicktor Orban non seulement pour les partis d'opposition hongrois, mais constitue également une menace existentielle pour les fondements, les valeurs et l'intégrité mêmes de l'Union européenne. Compte tenu de ces derniers développements, Renew Europe attend une position cohérente de la Commission européenne et une action rapide du Conseil. Si nous n'intervenons pas maintenant pour protéger la démocratie et l'État de droit, les dommages pourraient être irréparables. Aucun dirigeant en Europe ne devrait être autorisé à abuser de la crise du coronavirus pour commettre une prise de pouvoir autoritaire.

 

Dacian Çiolos, député européen, président de Renew Europe, a déclaré :

"Les développements en Hongrie représentent une alerte rouge pour la démocratie libérale en Europe et au-delà. La crise actuelle du coronavirus ne doit pas être utilisée comme écran de fumée pour abus de pouvoir. La lutte contre le COVID-19 peut nécessiter des mesures exceptionnelles, mais ne peut en aucun cas conduire au bâillonnement de la démocratie et au bafouement de l'État de droit. Il est honteux que ce redoutable virus soit utilisé de cette manière. La Commission et le Conseil devraient désormais agir sans tergiverser. "

 

Sophie in 't Veld, députée européenne, présidente du groupe de surveillance de l'état de droit et des droits fondamentaux du Parlement européen a ajouté :

"Le silence du président de la Commission et du Conseil est assourdissant. Maintenant que le Parlement a été mis à l'écart, Viktor Orban a achevé son projet de tuer la démocratie et l'Etat de droit en Hongrie. De toute évidence, les actions du gouvernement hongrois sont incompatibles avec l'adhésion à l'UE. 

Pour maintenir toute crédibilité, le PPE doit enfin expulser le Fidesz. Pendant trop longtemps, ils ont garanti la légitimité et la protection de sa dissolution de la démocratie libérale et adopté le discours de l'aile droite nationaliste-populiste en Europe, alors que les républicains ont choisi le pouvoir sur les principes en laissant libre cours à Trump. Le Parlement européen s'est prononcé et maintenant la communauté internationale doit suivre. Il est grand temps que ceux qui se soucient encore de la démocratie libérale et des valeurs européennes prennent position, condamnent fermement les actions du gouvernement hongrois et lui rappellent les conditions d'adhésion à l'UE."

 

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Sándor Blasko

Tel : +32 2 283 00 89
Mob : +32 483 04 97 89
Mots-clés :
  • LIBE:: Libertés civiles, Justice et Affaires intérieures,
  • Press Release,
  • Leader Press releases and news