Renew Europe
Trafic d'animaux de compagnie : Les députés européens de Renew Europe demandent que des mesures soient prises pour freiner l'horrible commerce transfrontalier des animaux de compagnie.
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
12.02.2020

Trafic d'animaux de compagnie : Les députés européens de Renew Europe demandent que des mesures soient prises pour freiner l'horrible commerce transfrontalier des animaux de compagnie.

L'Union européenne doit prendre des mesures urgentes pour mettre fin au commerce illégal croissant de chiots, chatons et autres animaux de compagnie non sevrés en Europe, a demandé Martin Hojsík, député européen.

Un nombre croissant d'animaux de compagnie sont commercialisés illégalement dans les États membres, souvent par des réseaux criminels organisés, en évitant les contrôles, en falsifiant des documents et en faisant un usage abusif des règles de l'UE.

Les députés ont adopté aujourd'hui une résolution co-déposée par Renew Europe, appelant la Commission européenne à élaborer un plan d'action transsectoriel de l'UE afin de lutter contre le commerce illégal d'animaux de compagnie dans l'UE, y compris une définition européenne uniforme des installations d'élevage commercial à grande échelle, appelées usines à chiots, pour lutter contre le commerce illégal d'animaux de compagnie ainsi qu'une coopération renforcée entre les pays de l'UE afin de lutter contre le fléau des trafiquants. Il demande également, entre autres mesures, un système harmonisé, à l'échelle de l'UE, d'identification et d'enregistrement obligatoires des chats et des chiens,

Martin Hojsík, co-auteur de la résolution adoptée aujourd'hui à une large majorité, a déclaré :

« Il existe un besoin urgent d'un plan européen de lutte contre le commerce illégal de chiots, chatons et autres animaux de compagnie. Le trafic d'animaux est désormais considéré comme le troisième type de commerce illégal le plus rentable au sein de l'UE, après les stupéfiants et les armes. »

« Les incidences sur le bien-être des animaux concernés sont abominables, mais nous constatons également une augmentation des risques pour la santé publique car ces animaux sont souvent dépourvus de la vaccination nécessaire, par exemple contre la rage. Par conséquent, l'achat d'un tel animal entraîne non seulement le coût financier de son possible traitement, mais également le risque pour la santé de ses propriétaires. »

« Les pays de l'UE doivent travailler ensemble pour améliorer l'application des lois et appliquer des sanctions plus sévères contre les éleveurs qui trafiquent des animaux et les vétérinaires qui fournissent des passeports contrefaits pour animaux de compagnie. »

« Nous devons améliorer la vie des animaux, en particulier des chiens et des chats, qui sont exposés à de terribles conditions et sont vendus dans toute l'Europe. Les contrebandiers ne cherchent qu'à réaliser des bénéfices. L'un des plus grands problèmes est le commerce entre les pays, les États doivent donc coopérer, échanger des informations et également accroître la transparence dans l'approche de ce problème. J'espère que cette résolution sera un signal d'alarme pour mettre fin à cette cruauté. »

 

Les résolutions adoptées aujourd'hui peuvent être consultées ici:

 

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Petre Nicholas

Tel : +32 2 284 35 80
Mob : +32 476 69 97 08
Mots-clés :
  • IMCO :: Marché intérieur et protection des consommateurs,
  • Press Release,
  • Leader Press releases and news