Renew Europe
Des actions stratégiques de l'UE sont nécessaires de toute urgence pour mettre fin aux mutilations génitales féminines dans le monde
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
12.02.2020

Des actions stratégiques de l'UE sont nécessaires de toute urgence pour mettre fin aux mutilations génitales féminines dans le monde

Renew Europe demande d’être fermement soutenu en plénière aujourd’hui lors du vote de la résolution du Parlement européen sur une stratégie de l’Union visant à mettre un terme aux mutilations génitales féminines dans le monde, une réalité brutale pour plus de 200 millions de jeunes filles et de femmes dans le monde, dont 600 000 vivant en Europe. Le texte du Parlement invite la Commission européenne et les États membres à renforcer les instruments politiques pertinents afin d’éradiquer cette pratique cruelle et demande à la Commission européenne d'inclure des actions ciblées cohérentes dans la nouvelle stratégie de l'UE en matière d'égalité entre les hommes et les femmes, de fournir un financement suffisant ainsi que des soins aux survivantes. Il est essentiel que des mesures de prévention soient introduites dans tous les domaines politiques, en particulier en matière de santé, d'asile et d'éducation.

Chrysoula Zacharopoulou, porte-parole de Renew Europe sur ce dossier, a déclaré aujourd'hui avant les votes :

« La mutilation génitale féminine est un acte barbare. C’est un acte sexiste. C’est un acte contre le corps d’une femme, c’est un acte contre sa sexualité. Aucune culture, aucune tradition, aucune croyance ne peut justifier cette violence. Il est tout simplement inacceptable que l'extrême droite dans cette maison tente d'exploiter un sujet comme celui-ci pour leur propagande anti-migrants. »

« L'Union européenne doit renforcer sa coopération avec les pays tiers pour mettre enfin un terme aux mutilations génitales féminines. Nous attendons de la Commission européenne un futur plan d'action ambitieux sur l'égalité des sexes III, comprenant des objectifs globaux et mesurables pour éradiquer les MGF »

Irène Tolleret, coordinatrice de la commission des droits de la femme et de l'égalité des genres, a ajouté :

« Les mutilations génitales féminines sont une forme de violence qui attaque le droit fondamental à la vie, à la liberté, à la dignité, à l'égalité des sexes et à l'intégrité physique et mentale. Néanmoins, cela se produit encore. L'UE doit réagir rapidement et prendre des mesures encore plus concrètes et plus fortes pour lutter contre ce fléau. Par-dessus tout, nous avons besoin de plus de campagnes d'information, d'une meilleure prévention et de plus d'éducation. »

« Si cela continue au rythme actuel, 68 millions de jeunes filles risqueront d’être mutilées entre 2015 et 2030. Nous ne pouvons pas permettre que cela se produise. Nous ne fermerons pas les yeux sur cette question tant qu'elle restera une réalité brutale pour certaines jeunes filles et femmes. »

 

Note aux rédactions

Vous pouvez trouver le texte intégral de la résolution ici.

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Birte Grages

Tel : +32 2 283 45 32
Mob : +32 475 63 59 07
Mots-clés :
  • FEMM :: Droits de la femme et égalité des genres,
  • Press Release