Renew Europe
Les autorités cambodgiennes doivent autoriser le retour pacifique dans le pays de Sam Rainsy, dirigeant de l'opposition
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
07.11.2019

Les autorités cambodgiennes doivent autoriser le retour pacifique dans le pays de Sam Rainsy, dirigeant de l'opposition

Renew Europe au Parlement européen appelle les autorités cambodgiennes à autoriser Sam Rainsy et ses collègues du Parti national du sauvetage du Cambodge (CNRP) à entrer librement et pacifiquement dans le pays le 9 novembre, jour de la célébration de la fête de l'indépendance.

Le Premier ministre cambodgien, Hun Sen, a ordonné que les troupes à la frontière avec les pays voisins soient en état d'alerte et a mené une campagne de répression contre les partisans de l’ancien principal parti d'opposition, car leur président s'engageait à revenir d'un exil volontaire et a promis d'arrêter Sam Rainsy s'il entrait dans le pays.

Les eurodéputés Ilhan Kyuchyuk, Petras Auštrevičius, Abir Al-Sahlani, Phil Bennion et Javier Nart ont lancé une déclaration commune adressée à Son Excellence Nom Piseth, ambassadeur du Royaume du Cambodge en Autriche, en Belgique (résidence), aux Pays-Bas, dans l’Union européenne et au Luxembourg, exprimant leur préoccupation concernant l’instabilité pouvant être causée par de telles actions violentes. La lettre a été cosignée par 56 députés des principaux groupes politiques du Parlement européen.

«Nous suivons de près la situation et nous exhortons les autorités cambodgiennes à garantir la paix et à cesser toute incitation de la part de l'armée et de la police à perpétrer ou à permettre de telles violences.

Nous espérons que le Premier ministre Hun Sen et l’appareil gouvernemental agiront conformément à la constitution cambodgienne et aux normes internationales civilisées, et permettront à Sam Rainsy de rencontrer les partisans du CNRP, désormais interdit, sans être harcelés par les autorités ou leurs agents.

Nous réitérons notre appel aux autorités cambodgiennes pour qu'elles libèrent le chef de l'opposition, Kem Sokha, ainsi que tous les prisonniers politiques, et qu’elles cessent d'intimider les journalistes nationaux et internationaux qui ne sont pas des partisans du régime à part entière.»

Depuis que M. Rainsy a annoncé son retour au Cambodge, les partisans du CNRP ont été pris pour cibles par les autorités du pays de façon toujours plus impitoyable. Au moins 48 autres militants du CNRP ont été arrêtés cette année. En février 2019, en raison de violations répétées des droits de l'homme par les autorités cambodgiennes, l'Union européenne a déclenché un processus susceptible d'entraîner une suspension temporaire de l'accès au marché unique sans droits ni quotas accordé au Cambodge dans le cadre du programme "Tout sauf les armes". (EBA).

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Goleanu Lucian

Tel : +32 2 283 40 20
Mob : +32 474 09 14 39
Mots-clés :
  • AFET :: Affaires étrangères ,
  • Press Release