Renew Europe
Renew Europe appelle à une interdiction à l’échelle européenne d'exportation d'armes vers la Turquie et à une solution durable à la crise dans le Nord-Est de la Syrie.
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
13.10.2019

Renew Europe appelle à une interdiction à l’échelle européenne d'exportation d'armes vers la Turquie et à une solution durable à la crise dans le Nord-Est de la Syrie.

Renew Europe au Parlement européen exhorte Federica Mogherini, haute représentante/vice-présidente du Parlement européen, à transmettre aux autorités turques la déclaration de l'UE du mercredi 9 octobre 2019 et à jeter les bases d'une réponse forte et globale de l'UE à la crise dans le Nord-Est de la Syrie. Dans une lettre adressée aujourd'hui à la HR/VP Federica Mogherini par le premier vice-président de Renew Europe, Malik Azmani, et cosignée par plus de deux cent députés européens de tous les horizons politiques, il est demandé à Mme Mogherini d’entamer un dialogue avec les autorités turques afin de trouver une solution durable à cette crise.

L'eurodéputé Malik Azmani (VVD, Pays-Bas) a déclaré qu'une nouvelle escalade de la situation n'était pas souhaitable et que tous les efforts devaient viser à mettre fin aux hostilités militaires et à désamorcer la situation :

"La situation dans le Nord-Est de la Syrie exige notre attention immédiate. La violence dans la région a fait des centaines de victimes et plus de 130 000 personnes ont déjà été contraintes de fuir leur domicile. Les informations selon lesquelles le contrôle des centres de détention kurdes détenant des combattants de l'Etat islamique est compromis sont extrêmement préoccupantes dans la mesure où cela pourrait poser un risque grave pour la sécurité de l'Europe. Une résurgence de l'Etat islamique est un scénario que nous devons éviter à tout prix."

"Suite à la décision des États-Unis de retirer leurs troupes de la région la semaine dernière, j'avais déjà envoyé à la Commission européenne des questions urgentes concernant ce risque pour la sécurité. Maintenant que les craintes d'une action militaire turque et les conséquences de cette opération sont réelles, il est absolument vital que l'UE agisse sans tarder."

"C’est pour cette raison que j’ai demandé à mes collègues du Parlement européen de cosigner une lettre à la HR/VP Mme Mogherini, exigeant une réponse forte de l’UE à cette crise et indiquant la nécessité de prendre des mesures décisives afin de mettre un terme à toute violence dans la région."

"Avec plus de 225 députés signataires, la lettre représente un signal fort du Parlement européen exhortant l'UE à entamer un dialogue immédiat avec les autorités turques afin de désamorcer la situation. Nous appelons le Conseil des affaires étrangères à envisager sérieusement des sanctions à l'échelle de l'UE, telles que l'interdiction d'exporter des armes par l'UE vers la Turquie ou le gel de certains fonds de l'UE."

 

Hilde Vautmans (Open Vld, Belgique), députée européenne et coordinatrice de Renew Europe au sein de la commission des affaires étrangères, a ajouté :

"L'Europe est trop conciliante. Nous nous cantonnons dans une attitude attentiste. Nous prenons la parole ou nous dénonçons et lorsque nous sommes unis, nous condamnons - au mieux - mais nous n'agissons jamais réellement. Voilà pourquoi nous laissons d'autres puissances dicter les prochaines étapes d'un conflit qui parfois nous affecte aussi. Il est temps que les États membres se rendent compte que seule une Europe unie, dotée de suffisamment de puissance coercitive, sera pertinente dans le monde d'aujourd'hui. Pas dans le monde de demain, dans le monde d'aujourd'hui."

Mardi dernier, les forces armées turques ont lancé une opération militaire dans les zones contrôlées par les Forces Démocratiques Syrienes (FDS) dans le Nord-Est de la Syrie. Cette opération a d’ores et déjà fait de nombreuses victimes et des centaines de milliers de citoyens ont dû fuir leur domicile, ajoutant une pression supplémentaire à la situation déjà fragile dans la région.

La lettre met en garde contre l’évolution de la situation en cours, qui détourne et annule les efforts déployés par la Coalition mondiale pour vaincre l’Etat islamique, dans lequel les Forces Démocratique syriennes jouent encore un rôle essentiel pour garantir la sécurité contre les composants de l'Etat islamique toujours actifs. Par ailleurs, la détention de combattants de l'Etat islamique dans des camps contrôlés par les Kurdes est désormais menacée, de nombreuses forces des FDS étant appelées à la frontière. Cela augmentera le risque d'une résurgence de l'EIIL, qu'il convient d'éviter à tout moment et qui constitue une priorité essentielle pour la sécurité de la région et de l'UE.

 

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Goleanu Lucian

Tel : +32 2 283 40 20
Mob : +32 474 09 14 39
Mots-clés :
  • AFET :: Affaires étrangères ,
  • Press Release