Renew Europe
Brexit : Renew Europe soutient la résolution du Parlement européen et invite le gouvernement du Royaume-Uni à proposer des solutions de remplacement opérationnelles au backstop.
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
18.09.2019

Brexit : Renew Europe soutient la résolution du Parlement européen et invite le gouvernement du Royaume-Uni à proposer des solutions de remplacement opérationnelles au backstop.

Renew Europe au Parlement européen a pleinement soutenu aujourd'hui la résolution proposée par le groupe de pilotage du Brexit sur les négociations en cours au titre de l'article 50.

La résolution réaffirme la position adoptée par le Parlement européen lors de son dernier mandat sur un certain nombre de questions, allant du soutien de la réforme du dispositif britannique du "statut de résident" pour les ressortissants de l'UE27 au Royaume-Uni, à la solidarité avec les citoyens irlandais et la nécessité de défendre le processus de paix irlandais.

Le Parlement indique qu'il soutiendrait une prolongation du délai prévu à l'article 50 s’il y avait des raisons et un but pour une telle prolongation, dans la mesure où le travail et le fonctionnement des institutions de l'UE ne sont pas compromis.

La résolution du Parlement met également en exergue la décision du gouvernement britannique de fermer le Parlement britannique et l'invite à présenter des propositions écrites opérationnelles décrivant leurs dispositions de rechange pour le filet de sécurité afin de garantir la libre circulation à la frontière avec l'île d'Irlande.  Si le Royaume-Uni se retire de l'UE sans accord, cela relèvera entièrement de la responsabilité du gouvernement britannique, constatent les députés.

Dacian Cioloș, président de Renew Europe et Guy Verhofstadt, coordinateur du Parlement européen pour le Brexit, ont commenté aujourd'hui les négociations en cours sur le Brexit :

Dacian Cioloș, Président de Renew Europe, a déclaré :

"La fermeture du Parlement britannique est un affront à la démocratie. Je suis sûr que si cela se produisait dans un pays d'Europe centrale ou orientale, nous débattrions aujourd'hui de l'instauration d'une procédure en vertu de l'article 7 visant à lutter contre la violation de l'Etat de droit."

“Nombreux sont ceux qui disent que l'UE veut que la Grande-Bretagne sorte de l'Union. Je ne pourrai jamais accepter cela. Je ne cesserai jamais de croire que la place qui revient à la Grande-Bretagne est celle au cœur du projet européen et non sur le banc de touche."

"Nous sommes aujourd'hui confrontés à trois options pour tout Brexit; le mieux est de s’entendre sur l’accord de retrait, qui constitue la solution la moins perturbante et la meilleure base pour de futures relations étroites. Une sortie sans accord serait un désastre pour tous, l’UE et le Royaume-Uni. La nouvelle extension, selon moi, ne peut être accordée que s'il existe un objectif clair."

"En ce qui concerne l’Irlande, nous devons nous rappeler que nous défendons un processus de paix avant tout. Notre détermination à nous tenir aux côtés des peuples d'Irlande et d'Irlande du Nord est absolue. Vous avez notre solidarité."

"Avant tout, nous devons maintenant mettre fin à l'incertitude. Les personnes qui ont utilisé leur citoyenneté européenne ne devraient pas être punies maintenant pour les choix des politiciens extrémistes. Nous devrions travailler tous ensemble pour construire une Europe dont nous avons besoin avec une relation clarifiée avec le Royaume-Uni."

Guy Verhofstadt, Coordinateur du Brexit pour le Parlement européen, a déclaré aujourd'hui lors du débat :

"Le Parlement britannique est peut-être fermé, mais pas le Parlement européen ! La prochaine fois que les eurosceptiques voudront faire une comparaison ridicule avec l'Union soviétique, ils pourront désormais pointer du doigt Westminster, au lieu de pointer Strasbourg ou Bruxelles."

"Le Brexit est une très mauvaise idée, mais il a au moins eu un effet positif : redonner au projet européen une nouvelle popularité dans les 27 autres pays et même en Grande-Bretagne, près de 40 des 73 eurodéputés britanniques élus veulent rester dans l’UE."  

"Le gouvernement britannique doit mettre en place un enregistrement automatique de nos citoyens européens vivant là-bas. Au lieu de jouer Hulk en colère, il devrait s’inspirer davantage d’un autre personnage, la nounou bienveillante, Mme Doubtfire."

"Le Parlement européen n'acceptera jamais que le Royaume-Uni puisse bénéficier de tous les avantages du libre-échange sans respecter nos normes écologiques, sanitaires et sociales. Nous ne sommes pas stupides ! Nous ne tuerons pas nos propres entreprises, notre économie, notre marché unique. Nous n'accepterons jamais ‘Singapour à la mer du Nord’ !"

"Nous savons tous que M. Cameron voulait utiliser le Brexit pour résoudre une division au sein du parti conservateur. Sa petite aventure s'est terminée par d'énormes divisions au sein de la société britannique. Soyez certain d'une chose : jamais nous ne laisserons le Brexit diviser l'Europe et le projet européen."

 

 

La résolution du Parlement européen sur le Brexit peut être consultée ici.

 

 

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Petre Nicholas

Tel : +32 2 284 35 80
Mob : +32 476 69 97 08
Mots-clés :
  • Press Release,
  • Leader Press releases and news